samedi 9 décembre 2017

Incroyable exposition (IV)

Punta della Dogana

Méduse
Dotée de pouvoirs apotropaïques, la Gorgone, représentée ici après sa décapitation par Persée, est une figure récurrente de la collection.
Réalisées en matériaux divers tels que la malachite ou l'or et le cristal, ces oeuvres montrent l'unique combinaison de thèmes qu'elle incarne : horreur, peur, sexe, mort, décapitation, subjugation féminine et pétrification.



Une fois décapitée, sa tête a conservé ses pouvoirs de pétrification : Ovide explique que c'est le sang de Méduse qui, en coulant de son cou sur les brindilles et les algues, les a pétrifiées, donnant ainsi naissance au corail.


samedi 2 décembre 2017

Incroyable exposition (III)

Punta della Dogana


Cette effigie d'une femme nue allongée sur un divan est sculptée dans le plus grand détail : buste gracieux, poitrine aux courbes généreuses, ventre souple au nombril dessiné. La tradition gréco-romaine abonde de récits d'hommes tombant fous amoureux de ces sculptures plus vraies que nature, à la frontière entre l'art et la vie, la mimesis et le simulacre.

 
Le mythe de Pygmalion  qui, las des femmes qu'il rencontrait dans la vraie vie, sculpta dans l'ivoire le corps d'une femme qui prit forme humaine à son toucher, exprime cette relation entre art, imitation et réalité. Elle illustre aussi la croyance, largement partagée, selon laquelle les artistes étaient capables de contrôler la nature. La présence ici de coraux "cerveau" recouvrant la forme humaine suggère pourtant le contraire. C'était une pratique populaire courante de reproduire des formations rocheuses naturelles. La ville antique de Rhodes regorgeait ainsi de grottes artificielles.

Dans les Métamorphoses d'Ovide, on trouve l'extraordinaire corne d'abondance des mythes gréco-romains fondés sur les concepts de la transformation. En combinant une silhouette de femme drapée d'un chiton à une tête et aux énormes pattes d'une mouche, cette sculpture évoque certains récits métamorphiques comme le mythe d'Arachné, une jeune fille originaire de Lydie célèbre pour sa maîtrise de l'art du tissage.


La fière Arachné osa défier Athéna lors d'un concours de tissage et créa une tapisserie exquise qui représentait la vie scandaleuse des dieux. Furieuse, la déesse transforma Arachné en araignée, condamnée à tisser pour l'éternité. Ce récit peut se lire comme une parabole du pouvoir artistique et de l'antagonisme séculaire entre la créativité et l'autorité. Les notions de transformations - à la fois physiques et métaphoriques - dépassaient le domaine du mythe. En Grèce, les danseurs de morphasmos imitaient ainsi des animaux, par lesquels ils finissaient par être possédés.


mercredi 29 novembre 2017

EDITION SPECIALE !



Chers amis d'Ovide,
J'ai le grand plaisir de vous annoncer que les Tristesses sont désormais disponibles aux éditions Sables dans la traduction que j'en propose.
Vous pouvez vous procurer l'ouvrage sur commande auprès de l'éditeur (19 euros l'exemplaire + 3 euros de port ; port offert à partir de deux exemplaires commandés. Commande à adresser à Sables, 15 route de l'Eglise, 31130 Pin-Balma, en rédigeant le chèque à l'ordre de Sables et en précisant l'adresse d'expédition).
Vous le trouverez aussi à la librairie Ombres Blanches. J'y serai samedi prochain 2 décembre entre 16h et 17h30 pour la présentation du n° 6 de la revue Gibraltar...
A très bientôt !
Jean-Luc